Les muscles de la « gonflette » sont-ils réels ?

Les muscles de la gonflette sont-ils réels ?

Voilà une question qui va en intéresser plus d’un… En effet, il arrive souvent d’entendre les gens dénigrer un physique en le qualifiant de « trop musclé », ce qui représente un véritable drame pour celui qui vient de s’adonner à trois ans de dur labeur. Le mot « gonflette » fait alors son apparition, retentissant comme l’insulte absolue du pratiquant de musculation. Mais que signifie ce terme barbare ? Pourquoi tant de haine, tant d’animosité ? Une réflexion s’impose.

INTRODUCTION

Tout le monde a déjà entendu cette expression « puff, c’est de la gonflette ». Si vous êtes pratiquant de musculation, je sais ce que vous ressentez en entendant ceci : de la tristesse, de la colère et du désespoir… En effet, il n’existe pas pire insulte pour un sportif que de s’entendre dire que sa musculature s’apparente à de la « gonflette ».

Et quand ces mots douloureux sortent de la bouche d’une jolie fille, alors là, c’est la fin du monde. C’est à n’y rien comprendre… Il paraît pourtant que les filles adorent les corps musclés, mais, dans certains cas de figure ou quand on dépasse un certain stade, on sombre dans la catégorie « gonflette » et là, c’est la descente aux enfers.

Et vous qui ne souhaitiez que plaire… Vous qui ne souhaitiez qu’attirer le regard des filles ! Ces regards sensuels qui vous ont tant fui à l’adolescence, la faute à un physique maigre et peu avantageux. Et maintenant que vous avez repris votre destin en main, pris dix kilos de muscles en cinq ans, changé votre garde robe, regagné confiance en vous, vous voilà devenu un pauvre type qui fait de la gonflette…

La vie est parfois terriblement dure et injuste. Mais surtout, ne baissez pas les bras, vous êtes sur le bon chemin, cet article vous aidera à mieux comprendre ce qui vous arrive et à devenir enfin la personne que vous rêvez d’être.

« Sois celui que tu dois être. Si quelqu’un te dit que c’est facile, il ment. »
Nietzsche

QUE VEUT DIRE « GONFLETTE » ? 

Le terme « gonflette » est affreusement péjoratif. Il désigne un morphotype mais également une certaine pratique et conception de la musculation.

Dans l’imaginaire des gens, on fait de la gonflette lorsqu’on est exagérément musclé. En fait, cela correspond au physique des culturistes.

Le culturisme ou bodybuilding est une discipline qui vise à augmenter au maximum son volume musculaire, tout en ayant un pourcentage de masse grasse le plus bas possible, dans le but de participer à des concours qui couronneront le plus bel apollon.

Le culturisme est une discipline noble qui existe depuis l’Antiquité. Héraclès, le plus grand héros de mythologie grecque, symbole de masculinité, peut être considéré comme l’ancêtre du culturisme moderne. Le culturisme, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est apparu en Europe à la fin du XIXème siècle.

Il est vrai qu’il n’y a que chez les pratiquants de culturisme que l’on retrouve des morphotypes atypiques comme des petits gabarits très musclés qui donnent l’impression de déborder de toute part ou encore des géants ultra bodybuildés de plus de cent kilos, sans la moindre parcelle de graisse corporelle.

D’autre part, la gonflette désigne également le fait d’avoir une musculature « inutile », c’est-à-dire qui n’est pas en lien avec une discipline sportive. En effet, il est très mal vu d’être très musclé lorsqu’on ne pratique pas un sport de compétition. Un culturiste de cent kilos fait de la gonflette car ses muscles ne servent à rien, alors qu’un rugbyman du même poids et de la même corpulence est un héros des temps modernes car il combat courageusement sur le terrain.

En somme, la gonflette désigne les personnes très musclées au physique de culturistes et également le fait d’avoir une musculature inutile, juste bonne à impressionner les filles (ce qui ne marche même pas) et qui n’est pas reliée avec une quelconque pratique sportive.

POURQUOI LES GENS N’AIMENT PAS LA GONFLETTE ?

Pourquoi tant de rejet face à vos muscles ? Le problème, qui est aussi le reflet d’une certaine réalité, c’est que le fait de vouloir un physique hors normes et d’y consacrer la moitié de sa semaine en salle est souvent l’arbre qui cache la forêt.

Les pratiquants de culturisme sont souvent des personnes qui ont souffert du regard des autres, ils ont une revanche à prendre. Grands timides ou bien ex-voyous en difficulté sociale, avoir un corps bodybuildé cache forcément quelque chose.

D’autre part, le fait de pratiquer la musculation plus de dix heures par semaine peut rendre complètement narcissique, voire obsessionnel maladif, sans parler de la tentation d’avoir recours à des produits anabolisants ou autres substances destinées à favoriser la prise de masse, pratique malheureusement courante dans cet univers. Souvent, cette quête effrénée de la beauté et des gros muscles peut conduire à l’isolement social.

Encore une fois ce type de personnalité n’est pas très attractif et notamment pour la gent féminine. On est loin de l’homme idéal et de la recherche ciblée du mec parfait sur Meetic.

En bref, en étant très musclé tout en ne pouvant justifier cette apparence par la pratique d’un sport, vous forcez l’amalgame et vous passez, contre votre gré, pour un narcissique borné, obsessionnel, dopé et fanatique.

Vous comprenez mieux pourquoi on se méfie à la vue d’une paire de pectoraux anormalement développée ?

Les sportifs de haut niveau sont immunisés contre ces préjugés car, pour eux, le temps passé à l’entraînement est au service d’une cause juste, une mission bercée par les valeurs olympiques et aussi, très lointainement, au service d’une réussite sociale et financière, mais ça, il est évident que ça n’intéresse personne…

LES MUSCLES DE LA GONFLETTE SONT-ILS RÉELS ?

C’est incroyable comme les préjugés et les idées reçues peuvent avoir un impact sur la réalité, en la déformant aussi facilement qu’un morceau de carambar mou.

Lorsqu’on fait référence aux personnes qui font de la gonflette et plus précisément à leurs muscles, on dit que ces derniers sont inutiles, inefficaces, faux, remplis d’eau ou que sais-je encore…

Les muscles des bodybuilders sont-ils différents de ceux des autres sportifs ? Eh bien, tout est une question de morphologie. A taille de muscle égale, il n’y a absolument aucune différence ! C’est donc une véritable injustice qui s’abat sur ces pauvres pratiquants de culturisme, qui ne bénéficient même pas du respect qu’ils mériteraient pour leurs prouesses physiques.

Souvent, les gens ont tendance à comparer le physique d’un culturiste lourd avec celui d’un gymnaste ou d’un sprinter, en affirmant que, dans un cas, les muscles ne servent à rien et ne produisent pas de force et, dans l’autre cas, ils permettent de réaliser des performances sportives et esthétiques.

Effectivement, un gabarit musclé à outrance ne permet pas de courir vite et de se suspendre à des anneaux pour faire des galipettes, mais il offre la possibilité de réaliser des efforts colossaux sous des barres et des haltères, qui seraient totalement impossible à envisager pour la plupart des athlètes olympiques.

Les muscles des culturistes sont parfaitement réels et ne sont en rien différents, à masse égale et anatomiquement parlant, des muscles des autres athlètes. Ce qui gêne, en fait, c’est que ces muscles ne sont pas associés aux bonnes valeurs et aux bonnes motivations.

Vous ne direz jamais à Teddy Rinner qu’il fait de la gonflette, vous savez pourquoi ? Parce ce que son physique hors nomes lui a permis de se réaliser et de faire rêver des milliers de personnes en devenant champion olympique. Mais sachez une chose, chers lecteurs, les biceps de Teddy Rinner ne sont en rien différents de ceux des culturistes.

CONCLUSION

Je n’ai pas cherché, à travers cet article, à prendre parti pour les culturistes ni à faire la propagande des gros muscles, mais il semble évident que persistent des préjugés souvent infondés et injustes.

D’un autre côté, le monde du culturisme est malheureusement véritablement touché par le narcissisme, l’obsession et l’isolement social. C’est une réalité.

La gonflette est une invention destinée à affirmer un rejet de certaines valeurs, c’est également un moyen de mettre une barrière entre deux mondes.

Mais en soi, ce principe n’existe pas, un muscle reste un muscle, et ce, peu importe son origine et sa vocation.

Matthieu Verneret



Je suis coach sportif professionnel, auteur spécialisé dans le fitness, la forme et le bien-être depuis de nombreuses années. Par ailleurs, je pratique le karaté depuis plus de vingt ans. Sur ce blog, je vous livre tous mes meilleurs conseils pour être au top de votre forme et développer le corps dont vous rêvez !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *